Vincent Siringo. Le coureur longue distance

Depuis maintenant plusieurs mois Vincent Siringo aligne les victoires en ultra. Il est maintenant deuxième au classement Betrail Ultra derrière Huub Van Noorden, le champion hollandais. Betrail est allé à la rencontre de ce coureur accessible et chevronné.

Bonjour Vincent, peux-tu te présenter en quelques lignes ?

J’ai 26ans, j’ai toujours été très sportif et actif dans divers sports. Je suis têtu, compétitif et j'ai toujours un objectif en tête. Je suis toujours prêt à tout donner sur la ligne de départ pour atteindre mes objectifs. J'ai étudié l'éducation physique, et ensuite l’ergothérapie. En ce moment je travaille comme ergothérapeute dans un service psychiatrique.

Peux-tu nous expliquer comment tu en es venu à faire de l’ultra-trail ?

J'en avais assez de ma discipline précédente, je m’entrainais très dur, mais sans atteindre ce que je voulais alors j'ai commencé à faire des 5km et 10km par ci par là mais sans compétition. Ca ne me disait pas grand choses alors j'ai fais mon premier trail. Et j'ai reçu une belle raclée. Plus tard, avec un ami (qui souffre de sclérose en plaques), pour obtenir mes fonds pour le centre de réadaptation MS, nous avons décidé de nous inscrire au Marathon des Sables, j’avais toujours voulu le faire alors je me suis dis « pourquoi pas maintenant? » C’est donc là que j’ai découvert le monde de l’ultra de l'intérieur et cela m’a plu.

Pratiquais-tu un autre sport avant ?

Oui, à 12 ans je jouais au football à KSK Ronse, puis plus tard à Peruwelz etc. Par après j’ai pratiqué le sprint à obstacle sur piste. Passer du 400 mètre haies à l’Ultra-trail était un grand pas…

Pourquoi des longues distances ?

J'adore le long parce que vous pouvez le vivre à fond. Je mets beaucoup de temps et d'effort à préparer mes courses : tout est pensé (ou au moins autant que possible), car cela est nécessaire pour les longues distances. De plus, une longue course se fait à un autre rythme. Vous ne courez pas 8 heures ou 11 heures à la même fréquence cardiaque que pour un 30km. Cela signifie qu'il y a plus de temps pour regarder autour et profiter. De plus, vous pouvez apprendre à découvrir d’autres pays et des gens tout en courant.

Peux-tu nous expliquer un peu comment tu t’entraines ? A quoi ressemble une semaine d’entrainement type de Vincent Siringo ?

Ma semaine est très chargée, je trouve, en particulier lorsqu'il s’agit de combiner avec mon travail. Je fais l'entraînement avec charges pour le haut du corps et le bas du corps, je suis des sessions de gainage abdominal (je suis les leçons parce que sinon je ne le ferais pas). Je place aussi un jour d’entrainement alternatif, donc tout sauf courir. En outre, je cherche un équilibre entre l’entrainement de la vitesse, des séances d'entraînement en pyramide, l'entraînement par intervalles et l'entraînement de l’endurance fondamentale (4x 5x par semaine). J'ai enfin un entrainement de stabilisation, que je tente de faire 4 à 5 fois par semaine. 2015 a été un peu l’année de ta révélation en Belgique. Quel bilan tires-tu de cette année ? 2015 a en effet été une bonne année, en particulier le Marathon Des Sables m'a donné beaucoup de confiance, donc cela m’a permis de plus croire en moi-même. 2015 a été une année pleine de nouvelles amitiés et connaissances, sans parler de ma première rencontre avec le sponsoring, Parfois j'ai reçu du support de personnes ausquelles je ne m’attendais vraiment pas, des traileurs de haut niveau que je suis encore toujours de près et qui m’encourage. Ca me rend heureux pendant des jours! Ils ont tout de même déjà atteint de belles choses et possèdent des tonnes d'expérience! Cette année s’est donc avérée très instructive, une année où il est devenu clair que rien ne vient naturellement et que nous devons travailler pour obtenir quelque chose, mais aussi qu'il y a toujours quelqu'un qui pour vous soutenir. En raison de ma performance en 2015. J'ai maintenant un soutien supplémentaire de Trakks, Craft, Scott et Neapharma, qui n'a certainement pas été sans importance dans la réalisation de mes objectifs.

Quels sont tes objectifs principaux en 2016 ?

Pour cette année, l'UltraTrail World Tour. Je ne sais pas ce que je peux espérer derrière les coureurs de classe mondiale. Le Marathon des Sables s’est bien déroulé à ce niveau, mais ce n’est pas comparable avec le MIUT115 , Lavaredo 120 et Eiger100 qui se dresse sur mon programme . Et si finalement j’ai encore une petite chance pour la Coupe du Monde de Trail en 2016 ce serait merveilleux. j'ai déjà rentrer ma candidature, on verra bien

En tant que coureur, comment juges-tu l’évolution du trail en Belgique ?

De plus en plus de gens se mettent au trail, Certains trouvent cela fantastique, d'autres pas. Il est bon que de nombreux trails offrent des distances variables, de sorte que chacun puisse trouver sa distance idéale. J'aime voir les gens qui aiment leur sport et qui aiment être ensemble après leur course. Je ne suis pas dans le trail depuis assez longtemps pour juger de l'évolution, mais dans un court laps de temps, on remarque que les trails sont de plus en plus rapides. Je pense qu'il est logique que de plus en plus les traileurs devront se former spécifiquement pour courir le trail. La spécificité de la formation comme dans le cas de l'athlétisme est absolument nécessaire.

De plus en plus de coureurs rêvent de faire un ultra, quel conseil donnerais-tu à un débutant ?

Prépare le bien pour ! Assurez-vous que vous avez suffisamment d'expérience de trails ou de courses approchant la distance du marathon. Ensuite, vous devez vous assurer que votre corps est vraiment préparé et pas uniquement sur le kilométrage que vous allez faire. Un trail prend toujours plus de temps que prévu. Finalement : assurez-vous que vous savez ce qui vous attend : Entre la Flandre et la Roche en Ardennes il y a une grande différence. Combien y-a-t’il de ravitos ? Altimètres ? Longueur des côtes ? Faites le bon choix des matériaux, une veste qui est bonne pour un 30km ne l’est peut-être pas pour un 60km, qui doit se combiner avec votre sac à dos. En bref, tout doit être préparé et pensé.

Une dernière question sur l’arrivée de Betrail dans le paysage du trail belge. Quel est ton regard sur cet outil ?

Au début, je ne savais pas ce qu’on pouvait faire avec mais c’est une excellente initiative ! Il donne quelque chose de très beau (et généralement de représentatif) pour les traileurs. Tout le monde n’a pas toujours la place qu’il mérite mais, selon moi, il en est de même dans les trails. Qui est le meilleur trailer ? L’un est technique, l'autre est un bon grimpeur ou un bon descendeur... Chacun a des capacités spécifiques et Betrail est là pour proposer un classement avec tout le monde ce qui n’est pas évident. Pour obtenir ce résultat il a certainement fallu énormément de travail, je tire donc mon chapeau.