La descente en trail - Pour que le bonheur soit total ;-)

Pour que vos descentes en trail ne deviennent pas une lente descente aux enfers au fil de votre course, une bonne technique et un entraînement adéquats peuvent s’avérer très utiles.
La descente en trail : on peut y perdre la course

On peut perdre une course en descente !

Beaucoup de traileurs pensent que les courses peuvent se gagner en descente parce que certains traileurs descendent beaucoup plus vite que d’autres. Il me semble qu’on peut surtout perdre une course en descente… Je pense qu’outre le fait que certains descendent plus rapidement, la différence réside dans le fait que ces traileurs descendent surtout mieux. « Economiser » au maximum ses muscles et permettra d’être dans un état bien plus frais pour le reste de la course.

La problématique se situe à deux niveaux :

  1. le travail excentrique des quadriceps (contraction pour freiner l'étirement du muscle)
  2. les chocs

« Il est primordial de se préparer correctement »

Ces deux paramètres ont pour conséquence d’être très destructeurs pour le muscle et les articulations. Ce travail excentrique extrême peut être le point de départ de lésions musculaires et tendineuses. Il ressort de nombreuses études que les tendinopathies surviennent (encore) plus facilement lors d’un étirement du tendon conjugué à la contraction musculaire. En descente, nous sommes en plein dedans… Il est donc primordial de se préparer correctement pour un trail avec beaucoup de dénivelé négatif.

Plusieurs aspects sont à travailler :

  • l’anticipation (!)
  • le positionnement du corps
  • la pose du pied
  • le rôle des bras
  • le relâchement
  • les trajectoires (!)

« Connaître également les descentes »

Ces aspects sont à travailler en fonction du trail que vous préparez. Mais n’oubliez jamais, la meilleure descente, c’est l’attaque… bien sûr ! Dans ma préparation d’une course, je consulte le profil. En général, notre regard bute en premier lieu sur les « bosses » et les sommets. Mais comme vous vous en doutez, il est très important de connaitre également les descentes. Leur fréquence, l’emplacement sur la course, et surtout, voir ce qui nous y amène (longue descente après un gros sommet à 3000, ou quelques kilomètres sur un plateau avant de plonger dans la vallée,…).

Connaître l’altitude et rechercher des photos du coin permettra également connaître la nature du sol (rochers, terre, racines, macadam,….). Cela est primordial, sauf si vous êtes très à l’aise, que vous déroulez sans soucis, quel que soit le terrain et les pourcentages de pente. C’est plutôt rare pour des « non-montagnard » même si des stages et des heures passées sur ces terrains très techniques nous permettent d’appréhender plus facilement certains sols. Ces points suivants sont donc tout aussi importants à connaître si vous souhaitez profiter à fond de votre descente :

  • pentes
  • sols
  • météo

Envie d'un coaching sur mesure avec Etienne Van Gasse? De participer à une sortie encadrée ? Rendez-vous sur le site d'Etienne.