Espace orga

Thomas Cardin : Champion de France

Ces 10 et 11 août, Méribel accueillait les Championnats de France de Trail. Après un suspense d’un peu plus de 2h30, c’est le jeune Thomas Cardin, 24 ans, qui s’est imposé sur le 25km.

Cette prestation (dont la performance Betrail est évaluée à 89,34), le propulse désormais 4ème du classement "TRAIL" (reprenant les courses de moins de 80km en équivalent à plat). Les liens vers son profil et les classements se trouvent à la fin de l'article.

Parmi ses autres références on peut aussi noter :

- vainqueur du 62km de l’Hivernale des Templiers 2016 ;
- Champion de France Espoirs 2017 (trail long) ;
- vainqueur du 53km de La Pastourelle 2018 ;
- vainqueur du 48km du Trail des Forts de Besançon 2019 ;
- dix-septième du 45km du Marathon du Mont-Blanc® 2019 (perf. Betrail de 89,94).

Sa victoire ce dimanche est sans doute, à ce jour, la plus belle de sa jeune carrière.

Interview par Michel « Mitch » Deckers (pour Betrail) avec Thomas Cardin, Champion de France de trail court 2019.


Je suis en mode récup-champagne :p

Betrail : Bonsoir Thomas. Merci d’accorder cette interview à Betrail et surtout, félicitations pour ce titre de Champion de France ! Comment te sens-tu au lendemain de cette victoire ?

Thomas : Je suis encore sur mon petit nuage d'euphorie. Après avoir fêté la victoire avec les copains du club hier, j'ai pu le faire aujourd'hui avec ma famille. Donc je suis en mode récup-champagne :p. Sinon physiquement ça va.

Betrail : Je comprends, cela méritait bien quelques bulles ! Tu peux nous expliquer un peu comment cela s’est déroulé ? Je précise pour nos lecteurs que tu es progressivement passé de 4ème (au km7,8) à 3ème (au km14,7) puis 2ème (au km21,8) pour terminer finalement 1er. Une course tout en gestion ?

Thomas : Oui on peut dire que j'ai fait une course de gestion, une course de patience. Je suis parti en tête pour le premier kilomètre afin de tester les jambes. Puis je me suis fait rattraper par les spécialistes de la courte distance qui allaient un peu plus vite. Je me suis retrouvé à la cinquième place, toujours à portée de vue des premiers. C'est là que ce fut le plus dur, j'avais mal au ventre et je voulais à tout prix m'accrocher. Arrivé au premier ravito, j'ai croisé le coach Philippe qui m'a mis un bon coup de pied au derrière. À partir de ce moment tout s’est déroulé parfaitement. J'ai profité des parties techniques dans les pierriers et les descentes pour remonter jusqu'à la deuxième place. L'écart avec Sylvain (NDLR : Sylvain Cachard, 2ème de l'épreuve et Champion de France Espoirs)qui était devant est resté assez stable jusqu'au dernier ravito. À partir de ce moment, j'étais vraiment à fond dans la course. Je n'avais plus qu'une chose en tête c'était essayer de le rattraper. L'écart a diminué progressivement et j'ai pu enfin l'avoir en ligne de mire dans la dernière descente sur Méribel. C'est dans le dernier mur que la gestion de course a fait la différence. Sylvain était cuit, il chancelait. Moi ça allait. Je l'ai vite rattrapé et j'ai fini la course en donnant tout ce que j'avais : on ne peut pas gagner les championnats de France en marchant, il faut du spectacle !!!

J'adore les parties techniques

Betrail : Tu es show-man en fait :D ! Comment as-tu abordé la 1ère montée (7,8km 995D+) ? Avec ou sans bâtons ? Si oui, les as-tu beaucoup utilisés sur le reste du parcours ?

Thomas : Je n’ai pas trop le style show-man, mais quand tu as des centaines de spectateurs qui t'encouragent tu ne peux pas finir ta course pépère ^^. Je n'ai pas pris de bâtons pour la première montée. C'est vrai que ça aurait pu être intéressant au vu du profil mais je ne les avais pas utilisés pendant la préparation donc je ne me suis même pas posé la question.

Betrail : Beaucoup ont été surpris par la technicité du parcours (ne comprenant dès lors pas notre estimation du temps du vainqueur en 2h37 ou la raison pour laquelle nous les placions 30 à 40 minutes derrière leur propre estimation). Tu confirmes cette technicité ? Comment as-tu géré ? Vu ta 3ème place sur l’Échappée Belle il y a 2 ans je me dis que c’est quelque chose qui te plait. Ça t’a permis de faire la différence ?

Thomas : (rire) Toute la course n'était pas technique. Cependant il y avait des descentes très raides et surtout 3-4 km dans des pierriers. Ça c'est technique !! La foulée ne peut pas être régulière, il faut davantage être en puissance pour enchaîner les obstacles. Il faut aussi être très concentré pour trouver les bons appuis sans s'arrêter et ne pas se blesser. Ça change beaucoup des trails plus roulants, et forcément les vitesses sont moindres. Tu compares la technicité à celle de l'Échappée Belle dans le massif de Belledonne et je pense que c'est une très bonne comparaison pour les pierriers sauf que sur l'EB c'est 80 ℅ du parcours :p.

J'adore les parties techniques où on doit prendre des risques et sauter de rocher en rocher comme un cabri, je suis très à l'aise et c'est sûr que ça m'a permis de faire la différence hier.

Souvent je suis excité comme une puce

Betrail : Oui l'EB c'est très lent (nous préparons justement avec Betrail un top 15 des courses les + techniques de France => l'EB devrait y figurer en bonne place). J’imagine que le Championnat de France était un des objectifs de ta saison. Comment t’es-tu préparé pour l’événement ?

Thomas : Je me suis préparé d'une façon atypique. J'ai suivi un programme d'entraînement classique jusqu'à juin pour préparer d'autre épreuves (trail Drôme, Marathon du Mont-Blanc). Après le MMB où j'ai fait une mauvaise course, j'ai fait presque deux semaines de coupure. Ensuite je suis parti en Turquie avec ma fiancée, on a fait plus de trois semaines de voyage à pied à travers la Turquie. Tous les jours c'était 5 à 10h de marche dans toutes les conditions possibles, du désert jusqu'à des cols à plus de 3000m, souvent avec les gros sacs à dos. Une grosse aventure !!! J'ai réussi à caser les séances de qualité que mon coach avait préparées mais je n'ai jamais couru plus d'une heure. Pas de footing, pas de sortie longue, j'étais trop crevé pour ça. Le coach m'a fait confiance et ça a fonctionné ^^

Betrail : Dans le cadre de cette préparation, les jours précédant la course, as-tu des petits rituels particuliers ?

Thomas : Non je n'ai pas vraiment de rituel. J'allège seulement l'entraînement et je continue de beaucoup manger pour prendre des forces.

Betrail : Et le matin même, plutôt nerveux ou détendu ? Comment ça se passe ? Que manges-tu par exemple ?

Thomas : Je n'ai pas vraiment d'habitude pour la nutrition. C'est vraiment un point où je pourrais m'améliorer si je voulais. Là par exemple j'ai mangé un reste de pâte de la veille :D. Souvent je suis excité comme une puce, je tourne en rond jusqu'à une heure avant le départ. À ce moment je rentre dans une bulle et je suis hyper concentré. C'est dur de m'arracher un sourire. Forcément il y a du stress, de l'appréhension mais aussi l'envie pressante de courir.

Betrail : J'imagine toutes les émotions qu'il peut y avoir ! Revenons à la course à proprement parler. Quel fut le meilleur moment ? L’arrivée ça ne compte pas :p !

Thomas : Le meilleur moment, sans hésitation, c'est quand je suis passé à la deuxième place dans les pierriers et que j'ai commencé à poursuivre Sylvain !

Je suis un très gros gourmand

Betrail : Un moment difficile pendant la course ?

Thomas : Au bout de 5 km de course, j'avais tellement mal au ventre que j'ai pensé à abandonner l'espace d'un instant. Abandonner une course c'est vraiment quelque chose que je déteste mais quand ça ne va pas trop bien, c'est une idée qui arrive toujours trop vite.

Parfois le plus dur mentalement pour moi c'est de combattre cette idée.

Betrail : Oui je comprends très bien. Question que j’aime poser… Quand tu es dans le dur sur une course, et pour autant que tu n'aies pas mal au ventre, quel est « LE » truc que tu aimerais pouvoir manger ? Parmi les réponses précédentes, on a déjà eu « rien », « tout passe » ou… « un gros steak ! » :p

Thomas : Je suis un très gros gourmand alors c'est vrai que tout peut me faire envie. Mais le plus courant ce sont des pâtes, ravioles, lasagnes ou autres mais surtout le point essentiel c'est qu'il y ait beaucoup de fromage !

Betrail : Quels sont tes prochains projets de courses ?

J'aimerais faire un KV pour avoir un temps de référence, sûrement à la VGS (NDLR : Vertical du Grand Serre). Ensuite il y a les Championnats du Monde de course de montagne en Patagonie en novembre. Il est possible que je sois sélectionné pour faire partie de l'équipe de France. Ce serait un rêve de plus qui se réaliserait. Sinon ce sera les Templiers !!!

Betrail : Beau programme. Une course en Belgique peut-être un jour ? Pourquoi pas « La Bouillonnante » sur laquelle Ludovic Pommeret et Mitch Lanne sont venus s’essayer (avec succès) en avril dernier ? Ou le « Trail du Jambon » mi-mai (33km 1900D+) ?

Thomas : Pourquoi pas !!! Je prends aussi beaucoup de plaisir sur les parcours où il y a beaucoup de relances comme à la Bouillonnante. En plus, ma sœur vient de déménager en Belgique et il faudra bien que j'aille lui rendre visite un jour :D

Betrail : Je pense que tu n’as pas le choix :p ! Avant d’en terminer, tu aurais une anecdote (drôle) à propos de quelque chose qui t’es arrivé sur un trail ?

Thomas : Hier, j'ai fait un beau vol plané après avoir glissé sur une bouse de vache :D. Mais heureusement personne ne m'a vu :p.

Je ne suis pas contre une bonne bière pour accompagner les lasagnes

Betrail : Mais maintenant tout le monde le saura :p ! Tu as revendiqué ta page coureur et créé ton compte Betrail vers la fin du mois de juin. Quelles sont tes impressions sur le site (page personnelle, évaluation de la performance en course, pronostics, …) ?

Thomas : Je suis très content qu'il y a enfin un deuxième regard sur les performances des traileurs.

En plus, on sent qu'il y a une vraie envie d'améliorer la façon de noter en intégrant un grand nombre de facteur d'évaluation pour atteindre un bon degré d'objectivité.

Concernant les pronostics je trouve que c'est un outil très intéressant que ce soit pour les coureurs ou pour les organisateurs.

Betrail : Merci :D C’est en effet le but puisque l’évaluation est basée sur les temps de course et le niveau connu des coureurs ce qui permet de prendre en compte tous les facteurs comme la technicité, les conditions météorologiques ou l’état du terrain (ce qui n’est pas possible si on ne prend que le distance et le D+). Thomas, merci beaucoup pour tes chouettes réponses et ta disponibilité ! Ce fut un réel plaisir !

Thomas : Un plaisir partagé, merci beaucoup Mitch et à très bientôt !

Betrail : Quand tu viendras en Belgique (je n'ai pas dit "si") on se mangera une bonne lasagne (je suis très gourmand aussi :p).

Thomas : Je te tiens au jus. Je ne suis pas contre une bonne bière pour accompagner les lasagnes :D :D

Betrail : (rire) En Belgique, ce ne sera pas difficile à trouver ;). À bientôt Champion !

 

Découvrez la page de ce « Betrail Member » ici : https://www.betrail.run/runner/cardin.thomas

Afin de suivre Thomas : https://www.facebook.com/ThomasCardinTrail/

Pour consulter nos autres articles, pronostics et interviews : https://www.betrail.run/blog

Lien vers les résultats du Méribel Trail : https://www.betrail.run/race/meribel.trail/2019/overview

Lien vers les classements : https://www.betrail.run/rankings

Merci à tous pour votre lecture. Profitez bien des chemins et « à votre sentier » ;).

 

© photo cover : Thomas Cardin
© photo de l'article : Peignée Verticale https://www.facebook.com/peignee.verticale/